communication

Tout dans la vie a besoin d’énergie pour fonctionner à son meilleur. L’attention que vous donnez à quelque chose est une des manières avec lesquelles vous donnez de l’énergie – ou pas – à quelque chose. Ou quelqu’un.

Prenons l’exemple d’une relation de couple. Portez-vous attention à votre chéri/chérie seulement dans les moments de crise? Bien sûr que non.

Pourtant, c’est souvent le genre de relation qu’on entretien avec notre corps.

Loin de moi l’idée de vous culpabiliser. À ce que je sache, personne ne nous a appris que c’était important. Personne ne nous a non plus montré comment on faisait pour porter attention à notre corps. Votre corps demeure votre responsabilité, personne ne peut porter attention à votre corps à votre place et surtout, il y a un gros prix à payer, tôt ou tard, lorsque vous négligez de le faire.

Malheureusement, trop souvent, c’est le réflexe humain que de ne porter attention à notre corps que lorsque nous sommes en période de crise. Le plus souvent cette crise, c’est avoir mal! Quand ça fait mal, on y porte attention à notre corps et on voudrait qu’immédiatement, la situation se replace et redevienne comme avant…

Mais c’est comme en amour. Si ça fait 20 ans que vous négligez votre relation avec votre conjoint, ce n’est pas parce que vous vous décidez aujourd’hui à lui acheter des fleurs que votre relation redeviendra comme elle l’était lors des beaux jours.

Votre corps ne passe pas l’éponge aussi facilement lui non plus si vous l’avez négligé, consciemment ou sans le vouloir. Plus longtemps vous l’avez négligé, plus ça prend habituellement de temps et d’effort pour que la communication s’effectue aisément et paisiblement entre lui et vous.

« La communication entre mon corps et moi?! » Oui. Quand votre corps crie (ça fait mal ou vous êtes malade), il communique en gueulant avec vous. Mais il a d’autres manières de communiquer.

La qualité de cette communication entre votre corps et vous dépend de votre capacité à le ressentir. Le percevoir si vous préférez.

Les symptômes, le stress, les émotions, les circonstances de votre vie, tout ça est filtré par la manière avec laquelle vous percevez votre corps.

Améliorer la qualité de cette communication est mon outil principal quand je travaille avec vous chez V3. C’est la meilleure manière que je connaisse pour améliorer votre qualité de vie. Mieux vous l’écoutez, moins il a besoin de crier.

Les légers touchers que j’utilise ont lieu à des endroits bien précis le long de votre colonne vertébrale principalement. Ces endroits sont un peu comme des portes et les toucher permet d’influencer le mode de fonctionnement de votre système nerveux. Pour utiliser un langage informatique, c’est comme si les touchers permettaient à votre corps de télécharger les informations qui étaient emprisonnées dans différents tissus et de les rediriger vers les parties supérieures du cerveau, les lobes frontaux. De là, une meilleure connexion, une meilleure santé, une meilleure qualité de vie. Votre capacité de vous guérir devient meilleure car vous ne pouvez pas guérir ce que vous ne ressentez pas.

Si je ne connais rien de plus efficace pour améliorer votre capacité de percevoir votre corps que le type de chiropratique que j’utilise chez V3 Chiropratique à Granby, il existe d’autres manières d’y arriver.

La plus simple et accessible consiste à respirer de manière consciente. Par exemple, vous pouvez simplement apprendre à respirer en limitant votre respiration au niveau de votre ventre. La respiration abdominale concentre votre attention sur le système nerveux parasympathique qui est responsable de vous relaxer et guérir. Une autre méthode simple consiste à faire des exercices de cohérence cardiaque.

Le livre Les 12 étapes de la guérison enseigne une série d’exercices appelés Intégrations Somato-Respiratoires qui sont formidables. Vous pouvez aussi approfondir votre relation avec votre corps à travers le yoga, le taïchi, le chi-gong, la danse, le chant, la musique, tout ce qui vous demande de ressentir.

Finalement, le plus important et simple est peut-être de simplement commencer par honorer votre corps et ses signaux, même quand ils vous sont désagréables. J’écrivais il y a deux semaines que les symptômes, aussi ouaches soient-ils, sont comme des diamants dans le fumier. Personne n’aime avoir mal, vomir ses trippes ou les vider avec force par l’autre extrémité. Pourtant, quand votre corps vous fait vivre ça, il a ses raisons. Ces symptômes sont porteurs de sagesse et quand on les voit positivement, ils perdent leur capacité à nous faire souffrir. On a encore mal, mais moins, parce qu’on ne souffre pas. La souffrance survient quand on est déconnecté. Quand on se connecte à nos rythmes physiologiques, ils cessent de nous faire peur et nous faire souffrir. On les accueille et les accepte et en retirons les leçons.

En apprenant à honorer votre corps, vous lui laissez le champ libre de travailler pour vous. Il le fera que vous le veuillez ou non. Alors de mon point de vue, autant le laisser faire avec respect, confiance et bienveillance. C’est la façon la plus simple, rapide et moins dispendieuse pour augmenter votre qualité de vie.

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

logo-V3Chiropratique-granby

SUIVEZ-NOUS:          

Aller à la barre d’outils