corde-à-linge

Follement amoureux, Mélodie et Justin se marient et emménagent enfin ensemble dans leur nouvelle maison.

Le premier matin, alors qu’ils sont en train de déguster leur premier déjeuner dans leur nouvelle demeure, Mélodie et Justin aperçoivent leur voisine suspendre ses vêtements sur la corde à linge.

« Ces vêtements ne sont pas très propres! » a tôt fait de remarquer Mélodie à son époux. « C’est clair, elle n’a jamais appris à bien laver son linge. Peut-être que ça lui prendrait une autre marque de savon aussi! » Justin, lui, plutôt taciturne et habitué de garder ses pensées pour lui, écoute son épouse, mais s’abstient de tout commentaire.

Les jours passent et à chaque fois que la voisine étend ses vêtements sur la corde, Mélodie fait les mêmes remarques désobligeantes.

Puis un beau jour, à sa grande surprise, Mélodie voit sa voisine étendre ses vêtements sur la corde, mais propres cette fois! Étincelants de propreté! « Wow, regarde Justin, la voisine a enfin compris comment laver son linge comme du monde. Je me demande qui a osé lui montrer enfin comment on fait. »

Bien qu’habituellement silencieux lorsque Mélodie lui partage ses remarques sur les capacités de leur voisine à faire la lessive, Justin n’a pu s’empêcher de commenter cette fois: « En fait ma chérie, la voisine a fait comme d’habitude. Moi, par contre, je me suis levé plus tôt ce matin et j’ai lavé nos vitres… »

N’est-ce pas vrai que ce qu’on voit dans la vie dépend des vitres à travers lesquelles on regarde ?

Nous avons tous vécu des millions d’expériences qui ont façonné qui nous sommes et ont contribué à teinter les vitres à travers lesquelles nous percevons la vie. Plus encore, chacune de ces expériences a été vécue à travers un filtre déjà pré-existant: nous ne voyons pas la vie comme elle est, mais comme nous sommes…

À chaque expérience, la poussière et la saleté s’installent et nos vitres s’encrassent. On s’habitue à notre crasse et bien vite, on l’oublie. Comme les bibittes écrasées sur le pare-brise ou la saleté dans nos lunettes… Le miracle survient lorsqu’on passe un chiffon sur nos lunettes ou qu’on lave la voiture: wow, que la vie est belle tout d’un coup.

Votre corps aussi s’encrasse de toutes sortes de choses au fil de votre vie. Souvent, le processus est insidieux et vous ne vous en rendez pas compte. Jusqu’au jours où vous restez barré, ne pouvez plus tourner votre cou, ou êtes cloué au lit par la maladie.

Raymond (pas son vrai nom) nous consulte parce qu’il a mal partout. Après lui avoir fait avaler toutes sortes de pilules pour ses douleurs, son médecin abdique enfin et lui donne un diagnostic peu prometteur: fibromyalgie. C’est des années plus tard qu’une amie le réfère chez V3 Chiropratique à Granby.

Lors de notre première consultation, Raymond me dit que la douleur est là depuis si longtemps qu’il s’y est habitué. Elle ne le dérange plus tant que ça. Pourtant, de mon côté, je remarque qu’il n’a plus de vie sociale, sa vie amoureuse semble… fade, à défaut de trouver meilleur mot, et Raymond donne davantage l’impression de survivre que de vivre. Raymond perçoit sa vie teintée par l’expérience de la douleur chronique. Ses attentes sont peu élevées.

On entreprend des soins et très vite, Raymond se décourage. Ses douleurs semblent augmenter. De mon côté, je sais qu’il s’agit de ses vitres qui sont en train de se nettoyer tranquillement, révélant des plates-bandes dévastées par des années de négligence. Un bon signe qui témoigne que son corps est en train de guérir. Raymond choisit de me faire confiance et de poursuivre ses soins: au moins les choses changent, c’est vrai, qu’il me dit.

Au total, ça aura pris 6 mois de soins intensifs pour que les vitres de Raymond soient propres. À partir du 4e mois, suffisamment de nettoyage s’était fait pour qu’il soit assez en forme pour commencer à s’occuper de son jardin: il a recommencé à voir des amis à la maison, à aider sa femme pour les tâches ménagères, et à s’adonner à la pêche qu’il appréciait jadis beaucoup. Il avait oublié que la vie pouvait être aussi belle.

Vos lunettes sont-elles sales ? Y a-t-il quelqu’un à vos côtés au travail qui survit, plutôt que de vivre, et qui se faisant, vous rend l’existence plus difficile ? Lui avez-vous parlé l’importance d’avoir un système nerveux sain et de ce que nous pourrions faire pour lui? Invitez-le à prendre rendez-vous pour une consultation sans frais, qui sait.

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

logo-V3Chiropratique-granby

SUIVEZ-NOUS:          

Aller à la barre d’outils